09 69 390 396

Lun. à ven. 9h > 18h
Appel non surtaxé

Observatoire de la mobilité professionnelle et géographique : trois chiffres à retenir
Blog
 - Actualité

Observatoire de la mobilité professionnelle et géographique : trois chiffres à retenir

Partager
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Aujourd’hui, entreprises et salariés sont confrontés à de nombreux bouleversements. Des crises économiques successives, et plus récemment sanitaires, mais aussi des bonds technologiques, entraînant des changements de mentalité et d’habitudes de travail. La flexibilité est devenue un véritable mantra. Et pour les salariés, elle est de plus en plus synonyme de mobilité professionnelle, et géographique. De ce postulat, Ma Nouvelle Ville a choisi de mettre en place son « Observatoire de la mobilité professionnelle et géographique ».

Pour agrémenter cet Observatoire, à la demande de Ma Nouvelle Ville, Harris Interactive a interrogé les deux parties prenantes de la mobilité dans les entreprises privées : les dirigeants ou DRH d’une part ; les salariés d’autre part. Ce regard croisé permet une appréhension plus fine de la mobilité professionnelle : quelle place cet enjeu occupe-t-il dans l’esprit, les stratégies et les process des entreprises ? Mais aussi, comment le sujet est-il envisagé et vécu « de l’autre côté du miroir », à savoir par les salariés eux-mêmes ? Voici les principaux enseignements de cette étude !

1 Salarié sur 2 a déjà refusé une offre d'emploi pour cause d'éloignement géographique

Ce chiffre démontre que, structurellement, l’éloignement géographique entre un employeur et ses salariés potentiels constitue un frein notable au recrutement : ce phénomène a déjà dissuadé 29% des dirigeants de recruter certains candidats ; et surtout, il a déjà dissuadé 48% des salariés de postuler à une offre.

Le décalage entre la perception des dirigeants et celle des salariés illustre une difficulté supplémentaire pour les entreprises : celles-ci ne peuvent pas pleinement percevoir l’impact de la mobilité professionnelle, puisque les salariés renoncent à des offres avant même d’émettre leur candidature.

Comment l’expliquer ? Parce qu’une mobilité géographique peut constituer, pour de nombreuses personnes, une démarche fastidieuse et délicate. Et beaucoup de salariés ne savent pas qu’ils peuvent être accompagnés.

80% Des salariés attendent de leur entreprise un accompagnement à la mobilité

En effet, le coût du déménagement en lui-même, ajouté à la recherche d’un logement, qui plus est dans une autre ville, est un frein financier. A cela s’ajoutent les nombreuses contraintes administratives (inscription des enfants dans un autre établissement, changement ou perte d’emploi pour le conjoint du salarié) ou humaines (éloignement de la famille ou des amis, nouveau cadre de vie).

Multiples raisons pour lesquelles les salariés témoignent d’une forte attente sur cet aspect : 8 sur 10 approuvent le devoir d’accompagnement de leur entreprise, et ce qu’il soit muté ou recruté dans une autre ville. Ils sont d’ailleurs unanimes sur la question : hommes, femmes, en zone rurale ou agglomération, d’une petite entreprise ou dans un grand groupe… les réponses sont uniformes et sans clivage.

Et pourtant, d’après notre baromètre, peu de dirigeants et DRH jugent la mobilité géographique comme un enjeu prioritaire et utilisent les outils qui s’offrent à eux.

Seules 26 % des entreprises font de la mobilité géographique un enjeu prioritaire 

D’après notre baromètre, seul 1 dirigeant/DRH sur 4 considère la mobilité géographique comme un enjeu prioritaire.

Et ce alors même que la majorité des entreprises interrogées estime qu’une bonne prise en compte de la mobilité professionnelle et géographique des salariés constitue un atout en tant qu’outil de gestion et de management, leur permettant :

➡ D’améliorer l’attractivité de leur entreprise dans le recrutement de nouveaux collaborateurs ;
➡️ De faciliter l’accueil et l’intégration de nouveaux salariés ;
➡Ou encore de fidéliser leurs employés en améliorant leur qualité de vie.

A noter que cette proportion augmente avec la taille de l’entreprise (29% pour les entreprises de 250 à 499 salariés, 44% pour celles de 500 salariés et plus). Cela s’explique, assez logiquement, par le fait que les dirigeants de TPE et certaines PME n’ont souvent ni le temps ni les moyens humains (présence d’un Directeur/Responsable des Ressources Humaines, par exemple) que les grands groupes pour assurer l’accompagnement de leurs collaborateurs.

Nous le voyons, la mobilité géographique est donc un sujet aux multiples facettes. Quelle place cette dernière occupe-t-elle dans les stratégies des entreprises d’aujourd’hui ? Comment est-elle vécue du côté des salariés ? Comment sa gestion a-t-elle évolué ? Sera-t-elle impactée par le potentiel essor du télétravail ? Quels dispositifs existants pour soutenir entreprises et salariés ? 

Autant de questions auxquelles notre Observatoire de la mobilité professionnelle et géographique tente d’apporter des réponses.

Si vous souhaitez le recevoir, nous vous invitons à prendre contact avec l’un de nos experts :
com@manouvelleville.fr

J'ai un projet de mobilité
géographique et professionnelle

On y va ensemble ?